Les loups de Rome s’attaquent même aux enfants

Richard Bennett et Stuart Quint

Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux qu’on suspende à son cou une meule de moulin, et qu’on le jette au fond de la mer.[1]

Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les débauchés, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les homosexuels… n’hériteront le royaume de Dieu.[2]

L’Église catholique romaine s’obstine à défier les avertissements de Christ et de ses apôtres.

« Les catholiques se disent ‘outragés’ en apprenant que le Cardinal Théodore McCarrick a commis des sévices homosexuels en série ; ils s’indignent moins de ce qu’un homme d’Église ait péché, que de ce qu’il l’ait fait en toute impunité, bénéficiant d’une protection… Dans un vigoureux essai intitulé Catholicism after 2018 [Le catholicisme postérieurement à 2018, octobre 2018], Rusty Reno, le rédacteur en chef de First Things, insiste sur le fait que l’acceptation d’une sous-culture homosexuelle au sein du clergé catholique est la principale source des scandales et des sévices sexuels qui assaillent cette Église.[3]

Ces révélations confirment malheureusement les points développés il y a une quinzaine d’années dans notre article sur les causes profondes des scandales sexuels dans l’Église catholique.[4] Le contrôle autoritaire exercé par le Vatican sur les clercs et les laïcs s’oppose au modèle de leadership donné par le Seigneur Jésus-Christ. Des séminaristes catholiques en vue admettent qu’environ la moitié du clergé romain pratique le péché d’homosexualité. Comment s’étonner de tant de désordres dans l’Église catholique ?

À propos du leadership dans le peuple de Dieu, voici ce que l’Écriture déclare : Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu ; considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi.[5]

Rome exalte son propre développement au-dessus de la gloire de Dieu

Le problème, ici, n’est pas que des bonnes intentions aient mal tourné. Le cœur du problème reste inchangé : l’Église catholique pèche en s’exaltant elle-même et en s’attribuant un rôle dans le salut des êtres humains. Ainsi elle déclare officiellement :

« L’Église est la fin de toutes choses … De même que la volonté de Dieu est un acte et qu’elle s’appelle le monde, ainsi son intention est le salut des hommes, et elle s’appelle l’Église. »[6]

D’autre part, on peut suivre à la trace la protection et la dissimulation des sévices sexuels jusqu’aux sommets de la hiérarchie vaticane. Des sources d’information catholiques fournissent l’explication suivante :

« Les lignes ci-dessous sont le témoignage explosif de l’ancien nonce apostolique aux États-Unis, mettant en cause le Pape François et plusieurs prélats haut placés qui ont dissimulé les sévices sexuels que l’Archevêque Théodore McCarrick aurait fait subir à des séminaristes et à des prêtres.

Dans une extraordinaire déclaration écrite de 11 pages (voir ci-dessous le texte anglais officiel) l’Archevêque Carlo Maria Vigano, âgé de 77 ans, soutient que le Pape François connaissait les sanctions canoniques strictes imposées à McCarrick par le Pape Benoît XVI, mais qu’il avait choisi de les annuler.

Dans son témoignage daté du 22 août dernier, l’Archevêque Vigano (ancien nonce apostolique à Washington DC de 2011 à 2016) déclare que vers la fin de la décennie 2000, le Pape Benoît XVI avait ‘imposé au Cardinal McCarrick des sanctions similaires à celles qui lui sont à présent imposées par le Pape François’, et que Vigano avait personnellement parlé avec le Pape François de la gravité de ces sévices, peu après son élection en 2013.

Vigano déclare toutefois que le Pape François ‘persistait à le couvrir’ ; que non seulement ‘le pape ne tint aucun compte des sanctions imposées par Benoît XVI’ mais qu’il fit de McCarrick ‘son conseiller de confiance’ et que ce dernier l’aida à nommer plusieurs évêques aux États-Unis, ainsi que les Cardinaux Blaise Cupich de Chicago, et Joseph Tobin de Newark. »

Les sévices sordides des ecclésiastiques catholiques sont presque toujours homosexuels

Dans ces dissimulations, l’Archevêque Vigano met également en cause les Cardinaux Sodano, Bertone, et Parolin, et il affirme que plusieurs autres cardinaux et évêques étaient parfaitement au courant, y compris le Cardinal Donald Wuerl, le successeur de McCarrick en tant qu’archevêque de Washington DC. ‘J’ai moi-même abordé le sujet à plusieurs reprises avec le Cardinal Wuerl. Point n’était besoin de fournir de détails, car j’ai immédiatement vu qu’il était parfaitement au courant de tout’ écrit l’Archevêque Vigano. Il a récemment déclaré qu’il ne savait rien… C’est parfaitement ridicule. Il ment sans vergogne.’

‘Le Cardinal Wuerl, parfaitement au courant des sévices continuels perpétrés par le Cardinal McCarrick ainsi que des sanctions imposées par le Pape Benoît, a enfreint l’ordre du Pape en autorisant McCarrick à résider dans un séminaire de Washington DC. Il a ainsi mis en danger d’autres séminaristes’, affirme l’Archevêque Vigano.[7]

Ce cri d’alarme lancé par un prélat catholique est juste, mais il est insuffisant, et il arrive beaucoup trop tard. L’Évêque Robert Morlino de Madison au Wisconsin a qualifié de ‘nauséabonds‘ les détails de ce rapport sur les sévices sordides de clercs catholiques, ‘presque tous de nature homosexuelle‘.[8]

« Il est temps de reconnaître qu’il y a au sein de la hiérarchie catholique une sous-culture homosexuelle qui fait de grands ravages dans la vigne du Seigneur. L’Église enseigne clairement qu’une inclination homosexuelle n’est pas en soi un péché, mais elle constitue un désordre intrinsèque qui rend inapte à la prêtrise celui qui en est affecté. »[9]

« Cet évêque déclare que la décision de passer à l’acte en raison de ce ‘désordre intrinsèque’ est un péché si grave qu’il crie vengeance jusqu’au ciel, surtout quand les proies sont des êtres jeunes et vulnérables. »[10]

Quelle horreur, quel écœurement pour les Catholiques de voir leurs prêtres se comporter ainsi ! Pourtant, ces prêtres catholiques incarnent l’enseignement officiel de l’Église catholique elle-même : « Les prêtres ont reçu de Dieu une puissance qu’il n’a pas accordée aux anges ni même aux archanges. »[11]

Puissent de nombreux Catholiques sincères comprendre que les hommes que Rome leur a donnés sont pires que des aveugles qui conduisent d’autres aveugles [12]

L’Évangile est centré sur Jésus-Christ, et non sur l’Église catholique

Notre Seigneur Dieu insiste sur le fait que toutes choses s’accomplissent en Christ Jésus, y compris notre salut. Relisons par exemple les versets suivants, au début de l’Épître aux Éphésiens : Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ… En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant le plan de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, afin que nous servions à célébrer sa gloire, nous qui avons d’avance espéré en Christ.

En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis.[13] Par conséquent, Éphésiens 1.3 résume la vérité de la Parole divine :  Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ.[14]

Complètement à l’opposé, l’Église catholique déclare officiellement : « Dieu a créé le monde en vue de la communion à sa vie divine, communion qui se réalise par la ” convocation ” des hommes dans le Christ, et cette ” convocation “, c’est l’Église. L’Église est la fin de toutes choses. »[15]

Cher ami catholique, nous prions que vous trouviez votre salut en la Personne de Jésus-Christ, par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce.[16] Amen.

Ainsi, la vérité objective de la Parole de Dieu est claire :  Notre salut est en Jésus-Christ, par son sang, et non dans une Église quelle qu’elle soit.

Le salut se trouve uniquement en Christ, et non dans le baptême

L’enseignement catholique officiel est que la régénération s’obtient par le baptême :

« Le baptême, porte des sacrements, nécessaire au salut, qu’il soit reçu en fait ou du moins désiré, par lequel les êtres humains sont délivrés de leurs péchés, régénérés en enfants de Dieu, et, configurés au Christ par un caractère indélébile, sont incorporés à l’Église, n’est conféré validement que par le bain d’eau véritable accompagné de la formule requise. »[17]

Cependant, dans l’Écriture, le Christ ressuscité lui-même réfute l’Église catholique : Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.[18] La clé de la grâce salvatrice est la foi ; l’incrédulité est le principal péché entraînant la damnation. La foi est indispensable au salut, et le baptême est une ordonnance qui doit venir après la foi. Le baptême atteste simplement de la foi. La preuve en est l’omission dans la deuxième moitié de la phrase, qui n’affirme pas « celui qui ne sera pas baptisé sera condamné », mais bien  celui qui ne croira pas sera condamné.[19]

Cher ami catholique, avez-vous mis votre foi en Christ pour votre salut ? Cherchez le Seigneur selon la vérité. Il est fidèle pour vous accorder sa grâce par la foi, loin de cette contrefaçon qu’est le prêtre catholique.

Le Christ Jésus, dans l’Évangile, a acquis la liberté de tous ceux qui croient véritablement en lui. Lui seul possède l’autorité et la puissance pour les libérer. Sa mort sur la croix et sa résurrection ont expié notre culpabilité si nous nous fions uniquement en son pardon absolu. À leur place, le Christ Jésus a entièrement satisfait les exigences du Dieu très-saint quant à leurs péchés.

Les croyants véritables sont pleinement pardonnés en Jésus-Christ. De plus, ils ne sont pas seulement pardonnés, mais encore il leur est accordé de former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus-Christ.[20]

Conclusion

Cher ami catholique, si vous voulez être uni à Dieu de manière authentique, juste et durable, il vous faut être sauvé par Jésus-Christ et adopté dans la famille du Dieu tout-puissant. La lumière de l’Évangile, la liberté de l’Évangile opèrent une transformation. Comme le dit l’apôtre, nous tous dont le visage découvert reflète la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, par l’Esprit du Seigneur.[21] Oui, en effet, là où il y a la vraie foi et l’amour véritable pour le Seigneur, là se trouve aussi, au milieu de toutes choses, une joie indicible et pleine de gloire.

Dieu seul est le Très-saint. Sa sainteté caractérise tous ses attributs essentiels. Voilà pourquoi nous devons être réconciliés avec le Dieu unique et très-saint, selon les conditions prescrites par lui-même et par lui seul. Par la grâce, tournez-vous vers Dieu dans la foi pour obtenir le salut que lui seul peut accorder, par la conviction du Saint-Esprit, vous fondant sur la mort et la résurrection de Jésus-Christ pour les siens. Mettez votre foi en lui seul. À notre Seigneur Dieu soit toute la gloire !

Dans l’Ancien Testament le prophète Esaïe proclame : Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis,chacun suivait sa propre voie ; et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.[22]Les apôtres Pierre et Jean nous disent : Ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache. [23] Il est lui-même une victime propitiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.[24] Ainsi l’Écriture atteste que le salut est l’œuvre de Jésus-Christ et de lui seul, qui étant la splendeur de sa gloire [de la gloire du Père], et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, ayant fait par lui-même la purification de nos péchés, s’est assis à la droite de la Majesté divine dans les lieux très-hauts.[25]

Nous sommes sauvés par l’œuvre de Dieu. Le salut est une œuvre majestueuse, parfaitement achevée, accomplie par Dieu. Il est parcouru du commencement à la fin par le fil écarlate de la grâce glorieuse de Dieu. Avant de s’approcher de lui, tout être humain est mort dans ses péchés. Nous sommes sauvés par la grâce seule, par la foi seule, en Christ seul, pour célébrer la gloire de sa grâce dont il nous a favorisés dans le bien-aimé.[26]

Puissions-nous avoir le courage des croyants bibliques qui nous ont précédés, et rejetons les séductions de l’Église catholique. Ayons en Dieu la même foi et la même confiance que ces croyants-là, car il est avec nous et il nous assure de la victoire finale. Imitons l’apôtre Paul qui prenait toutes les armes de Dieu afin de pouvoir résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme.[27]

La certitude de cette victoire finale doit soutenir nos efforts et nous encourager dans nos luttes. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui pour être glorifiés avec lui.[28]

Cet article peut être librement diffusé, y compris sur l’Internet, à condition que la source soit citée, et que la reproduction soit intégrale et sans modification.


Nos enregistrements et nos vidéos sont facilement accessibles à l’adresse :

http://www.sermonaudio.com/go/212

Notre site Internet renouvelé est à l’adresse :

https://bereanbeacon.org


[1]Matthieu 18.6

[2]1 Corinthiens 6.9-10

[3]   Thomas D. Williams, PhD, “Report: Catholic Church Suffers ‘Culture of Denial’ of Homoclericalism”, Breitbart, 15 September 2018, on https://www.breitbart.com/big-government/2018/09/15/report-catholic-church-suffers-culture-of-denial-of-homoclericalism/  accédé le 26 octobre 2018.

[4]Voir notre article sur le site bereanbeacon.org : « Les causes profondes des scandales dans l’Église catholique ».

[5]Hébreux 13.7

[6]Catéchisme de l’Église Catholique, Éditions Centurion/Cerf/Fleurus-Mame/Librairie Éditrice Vaticane, Paris, 1998, paragraphe 760.

[7] Diane Montagna, “Pope Francis covered up McCarrick abuse, former US nuncio testifies [Le Pape François a couvert le sévices de McCarrick] (OFFICIAL TEXT)”, Life Site News, August 25, 2018 on  https://www.lifesitenews.com/news/former-us-nuncio-pope-francis-knew-of-mccarricks-misdeeds-repealed-sanction     accédé le 15 septembre 2018.  Caractères gras ajoutés.

[8] Tre Goins-Phillips, “American Bishop Says There’s a ‘Homosexual Subculture’ Within Catholic Leadership” [Un évêque américain affirme l’existence d’une sous-culture homosexuelle au sein du leadership catholique] CBN News, 08-25-2018. Voir  http://www1.cbn.com/cbnnews/2018/august/american-bishop-says-there-rsquo-s-a-lsquo-homosexual-subculture-rsquo-within-catholic-leadership    accédé le 15 septembre 2018. Caractères gras ajoutés.

[9]Ibid. Caractères gras ajoutés.

[10]Ibid. Caractères gras ajoutés.

[11]Catéchisme de l’Église Catholique, § 983, voir http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P29.HTM

[12]Matthieu 15.14

[13]Caractères gras ajoutés.

[14]Éphésiens 1. 3-13

[15]Catéchisme de l’Église Catholique, §760, voir http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P21.HTM

[16]Éphésiens 1.7

[17]Code de Droit canonique, § 849, voir http://www.vatican.va/archive/FRA0037/_P2R.HTM

[18]Marc 16.15

[19]Marc 16.16

[20]1 Pierre 2.5

[21]2 Corinthiens 3.18

[22]Esaïe 53.5-6

[23]1 Pierre 1 18-19

[24]1 Jean 2.2

[25]Hébreux  1.3 (traduction David Martin)

[26]Éphésiens 1.6

[27]Éphésiens 6.13-14

[28]Romains 8.15-17