L’Église romaine fait la promotion de l’Islam et accepte la foi islamique

Chers amis,

Bien souvent au cours de son pontificat, le Pape François a fait la promotion de l’Islam. Loin de lancer un avertissement sur l’assaut que les Musulmans livrent au monde, le Pape garde le silence sur la persécution subie par les habitants de l’Europe, du Moyen-Orient, et de l’Afrique. Le Pape François fait la promotion de l’Islam, conformément à la doctrine de Vatican II, et sa prise de position radicale est lourde de conséquences. L’article ci-dessous fournit une documentation détaillée sur ce processus. Veuillez le lire attentivement et le faire connaître autour de vous, car la situation est critique.

L’Église romaine fait la promotion de l’Islam et accepte la foi islamique

Richard Bennett

Alors qu’une multitude d’immigrants venus du Moyen-Orient continue d’envahir l’Europe, les occidentaux s’inquiètent grandement. Pourtant, même dans cette situation effarante, le Pape François persiste à promouvoir l’Islam. Au lieu d’avertir au sujet de ce flot de migrants musulmans déferlant sur le monde, le pape se tait sur la persécution islamique des chrétiens au Moyen-Orient et en Afrique, et même en Europe. En fait, le soutien qu’apporte le Pape François à l’Islam n’est qu’un pas de plus dans la mise en œuvre des enseignements catholiques émanant du Concile de Vatican II.

L’Église de Rome ne cesse d’encourager l’influx massif des Musulmans en Europe et même aux USA. Cette immigration est l’une des principales causes des attaques qui se sont déjà produites. Le massacre perpétré à Paris le 13 novembre 2015 a fait au moins 128 morts[1] ; l’État Islamique d’Irak et al-Sham (ISIS) en revendiquent la responsabilité.[2] Les incidents terroristes islamiques comme ce massacre de Paris ou celui de San Bernardino aux USA découlent d’une idéologie totalitaire des plus viles. L’Islam possède sa propre dynamique, qui ne se fonde sur aucun grief rationnel, sur aucune logique. Ses racines idéologiques totalitaires sont dans le Coran ; de cela, le pape et ses conseillers sont assurément conscients.

Ce transfert d’islamistes en Europe était en préparation depuis 2011 au moins ; le « Clarion Project » qui s’oppose à l’extrémisme islamique relatait :

« Abu Bakr al-Baghdadi, un des leaders d’ISIS, déclarait on ne peut plus clairement que si ISIS ne parvient pas à vaincre l’Occident par des moyens militaires, il le submergerait sous un flot de jihadistes… Dans la situation périlleuse qui est la nôtre, il est certain que al-Baghdadi gagne en influence. Au cours des quinze derniers mois, l’État islamique a occupé de vastes portions de l’Irak et de la Syrie, mais cet exploit paraît insignifiant devant ce qu’il accomplit maintenant… Il [al-Baghdadi] tend à présent la main pour s’emparer de ce joyau de l’humanité qu’est la civilisation de l’Europe occidentale. Mêlés à des centaines de milliers de migrants venus de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan et de Libye et d’autres parties du califat de l’État islamique, se trouvent de nombreux jihadistes de cet État. Des millions d’autres marchent vers l’Europe sur les routes de l’Afrique et de l’Asie… [Il est établi que] al-Baghdadi  bénéficie du soutien financier de riches états arabes, en particulier de celui de l’Arabie Saoudite et du Qatar… Tandis que les leaders européens se perdent en bavardages interminables, peu à peu leurs pays sont inondés de migrants et de jihadistes, conformément aux plans de ce calife contemporain. »[3]

Les événements de l’automne 2015

En Allemagne, où se trouvent de 3 à 3,5 millions de Musulmans, un cardinal catholique romain a déclaré que le Coran faisait partie de l’héritage historique de l’Europe et du Proche-Orient.

« Ce Cardinal-Évêque de Mayence a déclaré haut et fort devant 250 auditeurs dans un centre de conférences universitaire que le dialogue interreligieux a une longue histoire remontant à Vatican II. Le Cardinal Lehmann a ensuite dit que la recherche à propos du Coran montre qu’on peut le considérer comme un texte de la fin de l’antiquité. Dans ce cas, le Coran n’aurait plus rien d’étrange, mais se rapprocherait de la chrétienté et du judaïsme. ‘Le Coran fait partie de l’héritage historique de l’Europe et du Proche-Orient’, a dit le cardinal. » [4]

Tel est l’épouvantable compromis auquel se livre l’Allemagne. Passons sur cette contre-vérité qui fait du Coran une partie de « l’héritage historique de l’Europe » ; le cardinal sait fort bien qu’il n’en est rien. Mais une fois de plus, le programme catholique romain est de renforcer  l’influence du catholicisme dans le monde !

Depuis plusieurs années la papauté a adopté une autre tactique : le soutien à l’immigration illégale aussi bien que légale. Ainsi, en septembre 2015, le Pape François a adressé en espagnol l’allocution suivante aux immigrants légaux et illégaux réunis dans « l’Independence Hall » à Philadelphie :

« Les Quakers qui fondèrent Philadelphie étaient remplis d’un profond sens  évangélique de la dignité de chaque individu. Ils avaient pour idéal une communauté fondée sur l’amour fraternel. Cette conviction les a conduits à fonder une colonie destinée à être un havre de liberté religieuse et de tolérance. Ce souci fraternel de la dignité de tous, surtout de ceux qui sont faibles et vulnérables, est un élément essentiel de l’esprit américain. »[5]

Il apparaît donc clairement qu’avec de telles idées, le pape et le catholicisme romain font la promotion de l’immigration tant illégale que légale des réfugiés musulmans dans les nations occidentales. Un site catholique relate ce qui suit :

« Les Syriens ont quitté leurs foyers : quatre millions d’entre eux fuyant leur pays à cause de la guerre civile et de la montée de l’État islamique au-dedans de leurs frontières… La plupart de ces réfugiés ont fui dans les pays avoisinants, mais quelques-uns cherchent l’asile en Europe. Le Pape François et les évêques catholiques appellent les Etats-Unis et les gouvernements internationaux à soutenir ces demandeurs d’asile. »[6]

Un autre site catholique rapporte ceci :

« Le Pape François et les évêques catholiques appellent les Etats-Unis et la communauté internationale à apporter un soutien tant aux réfugiés syriens qui fuient la violence qu’aux pays qui sont en pointe dans cette entreprise humanitaire. » [7]

Cependant cinq des pays musulmans les plus riches ont refusé d’accueillir le moindre réfugié syrien, déclarant qu’en ce faisant, ils s’exposeraient à accueillir des terroristes. Quoique les pays riches producteurs de pétrole aient fourni une aide financière, la Grande-Bretagne a donné plus que l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes unis, et le Qatar réunis.[8] Des éléments montrent en revanche qu’al-Baghdadi, le leader de l’État islamique, reçoit une partie de ses fonds de l’Arabie Saoudite, du Qatar, et de trois autres nations arabes parmi les plus riches. De toute évidence, l’Église catholique romaine rejette l’analyse et la logique ; elle soutient les deux camps dans ce conflit. Quand le conflit sera résolu, l’Église romaine se retrouvera donc forcément du côté gagnant.

L’Église catholique fait la promotion de l’Islam dans ses écoles

Les évêques catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles demandent qu’on ouvre des salles de prière musulmanes dans toutes les écoles catholiques. Ces mêmes évêques demandent l’aménagement de locaux pour les ablutions rituelles islamiques dans tous les établissements catholiques. Les Musulmans veulent que les établissements catholiques installent des bidets, des pédiluves, et des jets d’eau pour faciliter ces rituels de purification. Leurs recommandations ont reçu l’approbation de Vincent Nichols, l’archevêque de Birmingham qui est pressenti pour succéder au Cardinal Cormac Murphy-O’Connor en tant que primat catholique de Grande-Bretagne.

Une école catholique propose « un espace sacré » pour la prière musulmane[9]

Il est effarant d’apprendre qu’une école religieuse catholique offre aux élèves musulmans un  « espace sacré ».  Pourtant, cette pratique est permise dans les écoles catholiques, non seulement en Angleterre et au Pays de Galles, mais aussi aux USA. Par exemple, John Birney, président du « Lycée Brother Rice » à Bloomfield au Michigan a décidé d’ouvrir « une salle de prière non chrétienne au sein de l’établissement pour les musulmans et les autres élèves non chrétiens ». Birney veut qu’on se demande si cette salle de prière est « un compromis quant à notre foi et notre identité, ou alors une démarche en accord avec le respect que nous portons aux autres ».[10]

C’est sous la juridiction du Pape François que ces établissements volent au secours de l’Islam à la faveur de l’immigration. Le pape montre très clairement qu’il ne se préoccupe nullement de protéger les Catholiques fidèles devant cet assaut musulman, qui, s’il aboutit, obligera les Catholiques ainsi que l’Occident à accepter les lois de la Charia. Comme le pape est aussi un leader occidental de première grandeur, il encourage les chefs religieux musulmans à soutenir leur attaque violente d’abord contre l’Occident et contre la chrétienté en particulier, et contre le monde dans son ensemble. Troisièmement, il est clair qu’il se montre accueillant envers l’Islam parce qu’il veut être le bâtisseur d’un empire ; à ce titre, il ne manifeste aucun souci de vérité ni de conduite chrétienne en ce qui concerne à l’Islam. Par exemple, le Pape François déclare :

« Les écrits sacrés de l’Islam gardent une partie des enseignements chrétiens ; Jésus- Christ et Marie sont objet de profonde vénération ; et il est admirable de voir que des jeunes et des anciens, des hommes et des femmes de l’Islam sont capables de consacrer du temps chaque jour à la prière et de pratiquer fidèlement leurs rites religieux. En même temps, beaucoup d’entre eux ont la profonde conviction que leur vie, dans sa totalité, vient de Dieu et qu’elle est pour lui. Ils reconnaissent aussi la nécessité de répondre à Dieu par un engagement éthique et d’agir avec miséricorde envers les plus pauvres. »[11]

Cette déclaration papale est un acte d’adulation trompeur. Elle est le reflet de la doctrine officielle de l’Église romaine qui déclare que le « plan du salut » englobe aussi les Musulmans :

« Les relations de l’Église [catholique romaine] avec les musulmans. Le dessein de salut enveloppe également ceux qui reconnaissent le Créateur, en tout premier lieu les musulmans qui, en déclarant qu’ils gardent la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, juges des hommes au dernier jour. »[12]

Le Pape François sait pertinemment que l’Allah de l’Islam n’est pas le Dieu de la Bible. Le pape, bien qu’il représente tous les Catholiques, n’en cautionne pas moins l’Islam et les peuples islamiques. Cette déclaration selon laquelle l’Église romaine et l’Allah islamique participent au même « dessein de salut » démontre au véritable croyant biblique que cette Église désavoue la foi des Écritures. L’interdiction divine de rendre un culte à un dieu étranger quel qu’il soit est trahie par l’Église catholique romaine, quand celle-ci attribue à l’Islam et aux Musulmans la foi d’Abraham.

 

L’Islam rejette la Trinité, la divinité de Christ, et son sacrifice sur la croix

La situation présente exige que l’on soit au clair sur les doctrines officielles de l’Islam. Les chrétiens croient en un seul Dieu, et au sein de cette divinité unique il y a trois Personnes. L’Islam rejette la Trinité et la qualifie de blasphème. Le Coran enseigne :

« Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : “En vérité, Allah est le troisième de trois.” Alors qu’il n’y a de divinité qu’Une Divinité Unique! Et s’ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux. »[13]

La Bible proclame que le Christ s’est offert en sacrifice sur la croix à la place de ceux qui croient en lui. Il est celui « en qui nous avons la rédemption par son sang, et le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce. »[14] L’Islam rejette avec véhémence la crucifixion de Jésus, déclarant :

« et à cause leur parole : “Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah”… Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié; mais ce n’était qu’un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude : ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué (Sourate 4, verset 171).

La Bible proclame que Jésus a une nature divine, qu’il est le reflet de la gloire de Dieu et l’expression de sa personne. Le Coran le rabaisse au rang de simple disciple d’Allah. Le Coran affirme : « Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allah que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah… » (Sourate 4, verset 171).  Mais le Christ Jésus déclare : « Avant qu’Abraham soit né, je suis. »[15] « Le Père et moi, nous sommes un. »[16] « C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, je suis, vous mourrez dans vos péchés. »[17] Une religion qui rejette la divinité de Christ ne peut pas être l’expression de la vérité. Il est effroyable de constater que le Pape François et son Église cautionnent en bloc le Coran : ils rabaissent ainsi le Seigneur Jésus-Christ.

L’Évangile et la philosophie religieuse du Coran

Dans la Bible, selon les paroles de l’apôtre Jean, l’Évangile est ainsi décrit : « Voici le message que nous avons entendu de lui et que vous nous annonçons : Dieu est lumière, et il n’y a pas de ténèbres en lui. »[18] « Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »[19] Tout « l’objectif » du Dieu des Écritures apparaît clairement dans l’Épître de Jean : « Je vous ai écrit cela, à vous qui croyez au nom du Fils de Dieu, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, et que vous continuiez à croire au nom du Fils de Dieu. »[20] Nous sommes bien loin du dieu de l’Islam, qui ordonne de combattre, de faire la guerre, et de châtier par l’amputation, par la crucifixion, ou par le meurtre. Les versets suivants sont un simple échantillon du genre de combat pour Allah que demande le Coran :

« Et tuez-les, où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants » (Sourate 2, verset 191).

« …Qu’ils combattent donc dans le sentier d’Allah, ceux qui troquent la vie présente contre la vie future. Et quiconque combat dans le sentier d’Allah, tué ou vainqueur, Nous lui donnerons bientôt une énorme récompense » (Sourate 4, verset 74).

Le commandement du Seigneur diffère de cela autant que le jour diffère de la nuit : à ceux qui sont véritablement les siens, Christ dit : « Mais aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Votre récompense sera grande et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et les méchants. Soyez pleins de compassion, tout comme votre Père aussi est plein de compassion. »[21] À titre individuel, il arrive que des Musulmans déplorent les atrocités commises au nom de l’Islam ; mais il est impossible de nier que la doctrine islamique encourage et justifie ces atrocités. Même l’Islam dit « modéré » est incompatible avec la vérité biblique.

Le premier discours de politique étrangère du Pape François (mars 2013) faisait des relations entre Musulmans et Catholiques une des ses grandes priorités. En présence des ambassadeurs de 180 pays, le pape a alors expliqué comment il entendait œuvrer pour la paix en bâtissant  des ponts entre les peuples. Il faut, disait-il, que les Musulmans et les Catholiques intensifient leur dialogue. Une onde de choc positive se propagea alors dans les cercles de rencontre entre Musulmans et Catholiques.  Des savants musulmans dans le monde entier et des institutions religieuses acclamèrent l’élection du Pape François.[22] Catholiques romains et Musulmans dialoguent donc : ainsi, des aveugles conduisent d’autres aveugles tandis que l’un et l’autre parti cherche à promouvoir son propre programme. Ni l’un ni l’autre de ces programmes ne conduit à rechercher la vérité dans ce monde déchu ; l’un et l’autre se préoccupent, au contraire, de bâtir un empire terrestre dont ils auront le contrôle absolu. Ils n’auront malheureusement pas pris en compte la véritable personne du Seigneur Jésus-Christ, ni le fait que le Dieu de la Bible « met tout en œuvre conformément aux décisions de sa volonté. » [23]

Conclusion

C’est donc un fait bien établi : le Pape François et l’Église de Rome font la promotion de l’Islam. Loin d’avertir au sujet de l’assaut des Musulmans sur le monde, le Pape François se tait au sujet de la persécution par l’Islam des peuples européens, moyen-orientaux, et africains.  Cet extrémisme catholique est inquiétant.

Le témoignage de la Bible et de l’histoire est que l’homme livré à ses ressources propres, et à sa propre quête ne peut parvenir à une compréhension adéquate de Dieu. Comme dit l’Écriture : « Prétends-tu pénétrer les profondeurs de la pensée de Dieu ? Prétends-tu découvrir ce qui touche à la perfection du Tout-Puissant ? Elle est aussi haute que le ciel : comment t’y prendras-tu ? Elle est plus profonde que le séjour des morts : que pourras-tu en savoir ? »[24] Les profondeurs et la richesse de la sagesse divine dépassent la compréhension humaine.[25] Le Seigneur Jésus-Christ proclame le moyen par lequel un être humain peut connaître Dieu lui-même et ses façons d’agir. Il dit : « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. »[26] La Parole écrite du Seigneur Dieu, la Bible, ne contient pas seulement la vérité : elle est la vérité.

En tant que descendants d’Adam, nous sommes des créatures pécheresses, séparées de notre saint Créateur. Par nous-mêmes, nous sommes incapables de nous réconcilier avec Dieu. Dès le commencement, la Parole divine a clairement affirmé que même un seul acte de désobéissance conduirait à la mort. La mort veut dire la séparation. L’humanité est spirituellement morte, séparée de la Source de la vie, c’est-à-dire du Seigneur. « C’est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, de même la mort a atteint tous les hommes parce que tous sont péché. »[27] Le Seigneur Dieu est entièrement pur, entièrement saint. En tant qu’êtres humains pécheurs, nous ne pouvons entretenir de relation avec lui, car il ne tolère pas le péché. L’être humain doit donc mourir et affronter le juste jugement de Dieu. Par nous-mêmes, nous sommes des pécheurs impuissants, parce que « Celui qui pèche, c’est celui qui mourra. »[28] Aucune accumulation de prières, de jeûnes, ou de bonnes œuvres ne peut nous mettre en relation avec le Seigneur Dieu. Le remède à notre incapacité spirituelle se trouve seulement dans le Christ Jésus. La grâce de Dieu a été préparée avant de nous être communiquée, comme le dit l’Écriture, « avant la fondation du monde », pour que nous soyons « comblés de sa grâce dans le bien-aimé »[29] De toute éternité, le but de Dieu, le dessein de Dieu était que tous ses dons soient accordés à l’homme pécheur dans le Christ Jésus, et par lui. La grâce, au sens le plus authentique du terme est absolument gratuite ; comme le dit l’Écriture, nous sommes « gratuitement déclarés justes par sa grâce. »[30] Le règne du péché et de la fausse religion est vaincu par le règne de la grâce de Dieu. Selon l’expression de l’Écriture, « la grâce règne » ![31] L’abondance de la grâce surpasse de loin les maux du péché. Lorsqu’un pécheur croyant reçoit le Christ Jésus comme son unique garant devant le Dieu Très Saint, il n’est pas seulement libéré de ses péchés, mais il lui est aussi accordé de « régner dans la vie. »[32] Ceux qui reçoivent la grâce abondante accordée par Christ sont non seulement rachetés de la puissance de la mort, mais ils vivent et règnent avec Christ, sanctifiés quotidiennement au moyen de sa Parole par le Saint-Esprit, par une communion constante avec lui. Avec lui, pour toujours ils vivront et règneront à tout jamais. Par le Christ Jésus, la grâce règne avec une liberté, une puissance, et une abondance souveraines ! « Que son nom glorieux soit béni éternellement, que toute la terre soit remplie de sa gloire ! Amen ! Amen ! »[33]


Richard Bennett, Association “Berean Beacon”, https://bereanbeacon.org/

La libre reproduction de cet article est autorisée, y compris sur l’Internet, à condition qu’elle soit intégrale, et qu’aucune modification ne soit effectuée. Voir aussi les autres articles en français de Richard Bennett, à l’adresse https://bereanbeacon.org/fr


[1] http:// www.cnn.com/2015/11/13/world/paris-shooting/  accédé le 15/12/2015

[2] https://www.youtube.com/watch?v=kZPZTYpaiU

[3] www.clarionproject.org/blog/europe/albaghdadis-trojan-horse-arrives-europe  accédé le 21/12/2015

[4] http://www.ruhrnachrichten.de/staedte/bochum/Bischof-in-Bochum-Kardinal-Lehmann-will-interreligioese-Gespraeche-mit-dem-Islam-foerdern;art932,2189134 Traduit de l’allemand le 12/15/2015.

[5]http://abcnews.go.com/US/pope-francis-philadelphia-founded-haven-religious-freedomtolerance/story?id=34064928

[6]www.societyofmaryusa.org/JPIC/JPIC-Action-HumanitarianCrisisInSyria110515.html  accédé le 15/12/2015

[7] www.usccb.org/about/migration-policy/syrian-refugee-crisis.cfmhttp://www.usccb.org/about/migration-policy/syrian-refugee-crisis.cfm  accédé le 15/12/2015

[8] www.breitbart.com/london/2015/09/05/gulf-states-refuse-to-take-a-single-syrian-refugee-say-doing-so-exposes-them-to-risk-of-terrorism/

[9] Pour plus de détails, voir http://www.dailymail.co.uk/news/article-1091218/Muslim-prayer-rooms-opened-Catholic-schools-say-church-leaders.html#ixzz3ubVKMF6E

[10] http://www.truthrevolt.org/news/catholic-school-offers-sacred-place-muslim-prayer

[11]  http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20131124_evangelii-gaudium.html#Le_dialogue_interreligieux

[12]  Catéchisme de l’Église Catholique, § 841. Éd. Centurion/Cerf/Fleurus-Mame/Librairie Éditrice Vaticane, Paris, 1998.

[13] Toutes les citations du Coran proviennent du site :  islamfrance.free.fr/   Voir la page http://www.x-recherche.com/cgi-bin/trouve.cgi?name=hrahoui&MOTS=sourate+4+verset+171

[14] Éphésiens 1.7

[15] Jean 8.58

[16] Jean 10.30

[17] Jean 8.24

[18] 1 Jean 1.5

[19] Jean 17.3

[20] 1 Jean 5.13

[21] Luc 6. 35-36

[22] http://craigconsidinetcd.com/2014/01/24/pope-francis-christians-must-build-bridges-of-dialogue/

[23] Éphésiens 1.11 : « celui qui met tout en œuvre selon le conseil de sa volonté. »

[24] Job 11. 7-8

[25] Romains 11.33 ; Ésaïe 40.48 ; Ecclésiaste 3.11

[26] Jean 17.17

[27] Romains 5.12

[28] Ézéchiel 18.4

[29] Éphésiens 1.4, 6

[30] Romains 3.24

[31] Romains 5.21

[32] Romains 5.17

[33] Psaume 72.19

Related Posts